II - La perception normale des couleurs

    A) L'oeil humain

 

L'œil humain est l'organe de la vision de l'homme. C'est l'œil qui permet à l'homme de capter la lumière pour ensuite l'analyser et interagir avec son environnement. Nos yeux sont des organes globulaires d'un diamètre de 2.5 cm et d'environ 7g chacun. L'œil perçoit les couleurs au moyen de cellules, appelées cônes, qui sont concentrées dans la macula, région centrale de la rétine.

Tout d’abord, la lumière pénètre par la cornée. Elle constitue la surface externe transparente tombée au centre de l’œil. Celle-ci couvre environ un cinquième de la surface de l’œil. Elle prend ses nutriments dans la zone située derrière l’humeur aqueuse qui est un liquide transparent a faible viscosité ainsi que les larmes provoquées par les paupières pour l’extérieur. Donc, elle est très sensible. Elle doit rester transparente pour assurer une bonne vision La cornée est composé de trois couches de cellules et de 2 membranes. Outre son rôle protecteur de l’œil, elle joue un rôle dans la réfraction de la lumière, c’est à dire dans le trajet des rayons lumineux. C’est donc la première lentille que rencontreront les rayons lumineux avant d’atteindre la rétine.

La cornée protège l’iris. Une tache noir est formée à l’ouverture de l’iris qui est la pupille. Lorsque la lumière augmente, la pupille rétrécie réduisant la quantité de lumière qui entre, et lorsque la lumière est faible, la pupille augmente pour laisser plus de lumière. Pour atteindre l’iris, il faut traversé la conjonctive (membrane la plus superficielle du blanc de l’œil au niveau de laquelle se déposent les larmes). La cornée et l’humeur aqueuse.

La lumière traverse ensuite le cristallin situé contre l’iris C'est le cristallin qui sépare le segment antérieur du segment postérieur du globe. C’est grâce au cristallin et a sa faculté d’adaptation que l’on peut observer un paysage éloigner. La nutrition de l’iris et assurer par une couche richement vascularisée qui est la choroïde. La choroïde, est une membrane nourricière, dans laquelle se trouve la rétine qui est une fine membrane nerveuse de la taille d’un timbre de poste. Elle reçoit l’image que lui envoie le cristallin et ses cellules nerveuses réagissent en traduisant les ondes lumineuses en influx nerveux qui sont envoyés au cerveau.

 

    B) les détecteurs de lumières

 

 

Il y a 4 types de détecteurs de lumière identifiés. Il y en a un pour chaque fréquence, plus un pour les gris en faible lumière, qui sont situé dans la rétine. La rétine de l’œil contient deux type de cellules sensibles : les « cônes » et les « bâtonnets ».

Tout d’abord, les cônes. La macula (tâche jaune qui est apparaît au centre de la chambre postérieure comme une fine excavation) possède la majorité des cônes Ce sont des récepteurs situés au fond de l’œil qui transforme le signal électromagnétique de la lumière en signal électrique. Il permet d’avoir une vision très précise.

Ensuite les bâtonnets (responsables de la vision nocturne) sont réparti sur la majeure partie de la rétine. Chaque œil en possède environ 120 millions. Il possède une sensibilité liée à un colorant (la rhodopsine), qui blanchit à la lumière du jour et une insensibilité durant la journée ou a un endroit bien éclairé. Les bâtonnets ne fournissent qu’une réponse photométrique et ne servent donc pas à la couleur mais plutôt au gris. C’est pour cela que l’on ne distingue que les formes et non les couleurs le soir.

La fovéa est la zone centrale de la macula, située dans la zone de la rétine. La vision des détails est plus précise. Elle mesure 1300 à 1500 microns et elle contient 400 000 cônes. La fovéa est constituée uniquement de cônes, bâtonnets réparties sur la rétine sphérique. C’est dans cette partie que ce fait l’appréciation des couleurs. Elle donne la vision la plus précise dans la journée. Hors de cette zone, nous sommes presque aveugles aux couleurs. D’où la nécessité d’orienter le globe oculaire en direction de l’objet fixé pour aligné l’image sur cette partie de la rétine. Néanmoins, la fovéa ne contient pas de cônes bleus et, elle est bivariante rouge-vert et insensible au bleu. Il y a environ 7 millions de cônes qui servent à la vision diurne et à la distinction des couleurs, mais ils réagissent environ 4 fois plus vite.

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×